À la découverte du patrimoine artistique de l’UMONS

Vitrail Anto Carte

MAI 2020

Morts pour la patrie” d’Anto Carte, artiste montois de la première moitié du 20e siècle

En plus de ses collections scientifiques et de son patrimoine documentaire, l’Université de Mons possède également des richesses artistiques peu connues mais très riches et diversifiées : estampes, dessins, peintures, statues ou médailles et même des vitraux dont celui d’Anto Carte intitulé “Morts pour la patrie“. En ce mois de mai, le MUMONS vous propose de découvrir un pan de ce patrimoine méconnu.

Qui est Anto Carte ?

Anto Carte, de son vrai nom Antoine Carte, naît à Mons en 1886. Fils d’un menuisier, Carte se révèle doué pour le dessin. Vers 1905, il suit des cours à l’Académie de Mons et à l’âge de 20 ans il prend le pseudonyme d’Anto Carte. Il poursuit sa formation à l’Académie de Bruxelles entre 1908 et 1910 et effectue un séjour d’études à Paris entre 1912 et 1913. En parallèle à ses cours, il réalise des travaux de décoration et se perfectionne dans de nombreuses techniques : taille du bois, tapisserie, vitrail et art du verre, céramique, peinture, décoration de théâtre, etc. Il réalise plusieurs affiches pour des événements montois et borains. Véritable touche-à-tout, Carte obtient une reconnaissance internationale après les expositions de Pittsburgh en 1925 et de Washington en 1929.

En 1928, il fonde à La Louvière avec le peintre, Louis Buisseret, le groupe Nervia qui fut actif pendant plusieurs décennies. Connu également comme “École de Mons”, ce collectif d’artistes rassembla des artistes comme Pierre Paulus ou Léon Navez. Inspiré par les artistes italiens de la Renaissance, ce groupe marque de son empreinte l’art en Hainaut pendant l’Entre-deux-guerres. Les œuvres de Carte sont caractérisées par un profond humanisme où la représentation de la figure humaine occupe une place importante.

Artiste prolifique, Anto Carte décède à Bruxelles en 1954.

Morts pour la patrie

Situé à la Faculté Warocqué d’Économie et de Gestion, à l’étage intermédiaire de l’escalier principal, en face de l’entrée, ce vitrail monumental est un hommage aux étudiants de l’institution morts durant la Première Guerre mondiale. Inauguré en 1927 en présence de la reine Elizabeth, il s’inscrit dans la vague de création de monuments aux morts de la Guerre 14-18 qui parcourt la Belgique dans les années 1920. Cette œuvre préfigure également son engagement dans le renouveau de l’art religieux au sein du mouvement “Nervia” dès 1928. Carte enseignera d’ailleurs l’art du vitrail à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles dès 1932 et il réalisera plusieurs vitraux pour des édifices publics et religieux.

Vitrail Anto Carte

Morts pour la patrie, Anto Carte, 1927
Vitrail
Collection UMONS, Faculté Warocqué d’Économie et de Gestion

Au centre de l’œuvre se trouve la Patrie personnifiée serrant dans ses bras un soldat torse nu, mort au combat et tenant un fusil dans une de ses mains. Ces deux personnages sont encadrés par des motifs végétaux et par deux figures angéliques aux ailes déployées et deux figures de travailleurs : un mineur (à gauche de la photo) et une ouvrière (?) portant un bateau dans une de ses mains (à droite). En dessous se trouvent les noms et prénoms des étudiants de l’institut décédés durant le conflit ainsi que l’inscription “Morts pour la patrie“. Cette œuvre, très lumineuse et monumentale, rappelle à toutes et tous le prix payé par les étudiants durant la guerre.

L’UMONS conserve d’autres œuvres d’Anto Carte, notamment des affiches du Cabaret wallon, une œuvre de jeunesse, qui sont consultables sur Phénix, la bibliothèque numérique de l’université.

Si vous souhaitez en savoir plus sur nos collections artistiques, rendez-vous ici.

Bibliographie indicative :

  • Anto Carte, rétrospective (1886-1954), Mons, Musée des Beaux-Arts, 1995.

  • A. GUISLAIN, Anto Carte, Anvers, 1950.

  • R. MILLER, Anto Carte, peintre montois, conférence prononcée à l’UMONS, janvier 2004.