La grande comète arrive !

Tremblez braves gens, tremblez ! La grande comète arrive ! Et avec elle, mille et un nouveaux malheurs s’abattront sur notre monde !
Cool. On respire. Oui, je sais, c’est pas très sympa de ma part, mais la tentation était trop forte. 

C’est plutôt une potentielle bonne nouvelle que je voulais vous annoncer. Une comète se rapproche en effet de la Terre ! Elle a été découverte l’an dernier. La comète Atlas est encore à ce stade invisible à l’œil nu, mais elle est en bonne voie pour nous offrir un sacré beau spectacle dans les prochaines semaines et prochains mois ! Mais ne dit-on pas qu’il ne faut jamais tirer de plan sur la comète ? Ces astres fascinants comptent en effet parmi les plus imprévisibles que nous connaissions, prudence donc !
De quoi s’agit-il ? Observez l’image ci-dessous, réalisée au télescope le 18 mars dernier depuis le Nouveau-Mexique. On y distingue un tas de belles choses, dont de spectaculaires et lointaines galaxies spirales, les célèbres galaxies de la Grande Ourse.

Mais ce qui est intéressant ici, c’est la petite tache verdâtre dans le coin supérieur gauche de l’image, avec ce petit trait de lumière qui semble émerger vers le bas à gauche : je vous présente la comète Atlas !
D’un point de vue technique, la zone floue arrondie s’appelle la “coma”, et le petit trait lumineux, c’est le début de la “queue” ou de la “chevelure” de la comète. La photo est jolie, certes, mais ce n’est que le début de l’histoire.
La comète n’est actuellement qu’à 9 minutes-lumière de la Terre, elle se situe un peu au-delà de l’orbite de Mars, un jet de pierre. Alors que les galaxies présentes ici sont à 12 millions d’années-lumière de notre monde !
La comète fonce actuellement vers le Système solaire intérieur : le 31 mai, elle atteindra sa distance minimale au Soleil, et sera alors bien plus proche du Soleil que Mercure ! Sa taille apparente dans le ciel et sa chevelure ne vont d’ici là pas cesser de grandir ! Dans les prochaines semaines, elle pourrait même déjà devenir visible à l’œil nu. Si elle survit à son passage près du Soleil, elle repartira ensuite vers les profondeurs du Système solaire, avant de nous revenir dans 5500 ans, oui, 55 siècles. Une paille.
Mais ce que le petit monde des astronomes espère, c’est que cette comète puisse décrocher le label de “Grande comète”, qu’elle puisse déchirer notre ciel, et nous en mettre plein vue ! Cela se produit régulièrement, une dizaine de fois par siècle en moyenne… Pour l’instant, sa luminosité apparente augmente très vite, bien plus vite que prévu ! Et surtout, elle semble curieusement suivre le chemin – au sens propre – de la splendide grande comète de 1844…

Ces comètes ont toujours été considérées comme des oiseaux de mauvais augure. Leurs chevelures faisaient en effet penser à celles des antiques pleureuses, ces femmes payées pour pleurer aux funérailles. Elles ne pouvaient donc qu’annoncer des malheurs : séismes, épidémies (hum), mort du souverain… Depuis, nos connaissances sur les comètes ont explosé. L’Humanité a même réussi il y a peu à déposer un robot sur le noyau d’une comète…

Quant à moi, j’ai eu la chance d’observer deux grandes comètes, celle de 1996, Hyakutake, et celle de 1997, Hale-Bopp. C’était inouï et grandiose ! Mais je dois vous avouer, que même en étant physicien, même en connaissant le phénomène, la vision de la comète Hyakutake m’a effrayé : voir cet astre irréel, immense dans le ciel, immobile, avait de quoi vous glacer le sang ! C’est à cet instant que j’ai réellement compris l’origine de la peur ancestrale liée aux comètes, surtout à une époque où personne n’y comprenait rien : elles semblaient apparaître de nulle part, se comportaient de façon incompréhensible, avant de disparaître à nouveau.
Alors, que nous réserve cette comète Atlas ? Sera-t-elle la grande comète de 2020 ? On n’en sait rien, mais on tient là une bonne candidate. J’ai comme l’impression qu’on va en reparler. On vous tient au courant, promis !
Francesco